contact@belfiusestanous.be   •   NL : www.belfiusisvanons.be

Les membres de la plate-forme « Belfius est à nous » se sont invités au siège de Belfius pour s’opposer à la privatisation de la banque.

Alors que le gouvernement semble confirmer sa volonté de privatiser et d’introduire la banque en bourse, la plate-forme « Belfius est à nous » était place Rogier dans la matinée du 26 avril pour dire “non” à la privatisation de la banque. “L’impact de Belfius sur la société est trop important pour laisser le profit à court terme dicter la gestion de la banque” expliquent les membres de la plate-forme.

Les citoyens ont affronté un requin sur un ring de boxe. Objectif ? Préserver Belfius : le requin, affamé, comptait faire du capital de Belfius, son plat principal. Car c’est ici tout l’enjeu de la privatisation : si Belfius est vendue à un investisseur étranger, la maximisation du profit risque de primer au détriment de l’intérêt général. Les citoyens qui étaient présents sur place, comptent bien s’y opposer. En effet, ils estiment avoir leur mot à dire sur l’avenir de Belfius : chaque contribuable a participé au sauvetage de la banque à hauteur de 363€ par personne.

Le combat fut rude et mouvementé mais grâce à leur mobilisation, les citoyens ont mis le requin hors d’état de nuire, la banque est préservée, ils vont pouvoir construire ensemble, une banque qui réponde réellement à l’intérêt général.

La plate-forme « Belfius est à nous » dit non !

La plate-forme « Belfius est à nous », qui réunit 30 organisations de la société civile, mobilise les citoyens belges pour dire “NON” à la privatisation de Belfius et à son introduction en bourse.

La plate-forme a également tenu une assemblée générale, le même jour, pour réunir les citoyens et la société civile et discuter ensemble du plan stratégique de la banque pour réorienter ses objectifs vers l’intérêt général.