contact@belfiusestanous.be   •   NL : www.belfiusisvanons.be

Un petit groupe de citoyen.ne.s de Charleroi relate une expérience réussie de sensibilisation et d’échange avec des usagers d’une agence Belfius. Une opération facile à mettre en place !

Trois ou quatre tabourets, une petite table, mais surtout une jolie nappe et une grosse boite de biscuits … Il est 20H30 mardi, nous sommes quatre, installé(e)s confortablement.

« Bienvenue chez vous ! On peut vous offrir un biscuit ? » C’est l’accueil qui est réservé à toutes les utilisatrices et utilisateurs nocturnes des 8 distributeurs automatiques d’une agence Belfius de Charleroi. Après avoir laissé l’accès aux automates, nous abordons les personnes pour un très bref sondage « Belfius est à nous ». La première question est directe : « Côter une entreprise en Bourse est ? 1) la preuve de la bonne santé économique d’une entreprise, 2) un risque …

Au fil des 5 questions le public comprend les enjeux de notre présence et commence à être plus attentif aux logos « Belfius est à nous ».

Nous engageons alors la conversation sur la raison de notre présence.

Ce soir là le groupe ATTAC Charleroi était accompagné de la RTBF, mais, même après le départ de la caméra, plus de 8 personnes sur 10 ont pris le temps de répondre au questionnaire et plus de la moitié ont signé la pétition Belfius est à nous ! tout en demandant à être tenu au courant.

Sans prétention statistique, ce quizz est un outil qui facilite le contact et délie les langues. Que peut-on en dire en quelques lignes ?

  • « Je m’en fiche » était systématiquement parmi les réponses possibles ; pourtant personne (parmi les répondants) ne s’est dit indifférent au sujet abordé ;
  • Presque toutes les réponses identifient le passage en bourse d’une entreprise comme un danger et non comme une preuve de bonne santé ;
  • L’idée d’une banque publique comme une alternative aux dangers de l’économie casino parait largement partagée;
  • Moins de 10 % des répondants pensent que la vente de Belfius est une bonne décision pour récupérer l’argent du sauvetage, et que cet objectif rend secondaire le manque de démocratie, ou la perte d’un outil de développement économique.

En moins de 2h (trajet, installation, sondage et retour), nous avons rencontré des personnes qui n’auraient sans doute participé à aucune soirée-débat sur le sujet de Belfius, ni prêté véritablement attention à 45 secondes de JT sur le sujet.

Mais au-delà de l’analyse et des signatures et adresses email collectées, nous (militant.e.s et participant.e.s) avons passé un bon moment, rythmé de rires et d’encouragements. On reviendra!Haaa qu’il est bon d’avoir une banque à soi où refaire le monde… !

ATTAC Charleroi

attac.charleroi@gmail.com

(sondages et autres infos disponibles)