contact@belfiusestanous.be   •   NL : www.belfiusisvanons.be

Au lendemain du nouveau report du projet de privatisation de Belfius par le gouvernement fédéral, nous étions invitées à débattre avec Marc Raisière (CEO de Belfius) autour de la question “Entrée en bourse: une occasion manquée?”

Nous y avons soutenu que la vente de la banque, même partielle, était une idée d’arrière-garde, qu’elle niait les échecs cuisants des privatisations passées (CGER devenue Fortis, Crédit communal devenue Dexia), et qu’il était temps d’abandonner cette idée pour consacrer notre énergie à la transformation de Belfius en une banque résolument au service de la population.

A voir et écouter sur le site de la RTBF : https://www.rtbf.be/auvio/detail_debats-premiere?id=2396322

[Pour accéder à la vidéo, il vous faudra créer un compte Auvio – si vous n’en avez pas déjà un – il vous faudra créer – et c’est bien entendu gratuit]

Le gouvernement a décidé de reporter l’entrée en Bourse de Belfius. La banque a été rachetée en 2011 par l’Etat (4 milliards d’euros) pour lui éviter la faillite. Elle est actuellement détenue à 100% par l’Etat belge. “Le temps n’est pas encore venu et les garanties ne sont pas réunies”, a commenté le Premier ministre Charles Michel à l’issue d’un conseil des ministres restreint. Un rapport des banques d’affaires accompagnant son entrée en Bourse attribue à Belfius une valeur de 5 à 7 milliards d’euros, contre 6 à 8 milliards en avril. Un des points qui continue à poser problème est l’incertitude autour de la formule d’indemnisation des coopérants d’Arco, le holding financier du Mouvement ouvrier chrétien flamand emporté dans le naufrage de Dexia, soutenu par le CD&V.

Un débat animé par Bertrand Henne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *